Une ola pour la présidence de la Ligue de football professionnel française

Mme Nathalie BOY de LA TOUR, devient la première femme à la tête de la Ligue de football professionnel française.

 

Vêtue du brassard de capitaine

Cette nouvelle nomination vient apaiser une crise de gouvernance qu’essuyait l’équipe du Comité d’administration de la Ligue. En effet, les divisions entre onze « grands » clubs de Ligue 1 (Paris SG, Lyon, Marseille, etc.) et neuf « petits » de Ligue 2 (Guingamp, Caen, Dijon, etc.) avaient éclaté sur la répartition des droits TV. Ainsi, le vote sur la présidence du Comité n’avait pu se tenir il y a quelques mois, faute de quorum.

Mais, l’équipe à la dérive est parvenue à trouver sa capitaine. La nouvelle présidente semble faire l’unanimité des uns et des autres. « On a une bonne présidente, une femme à la tête du football, ça donne de la fraîcheur, c’est beaucoup de choses positives», se félicite notamment Bernard Caïazzo, président de Première Ligue, syndicats des « grands » clubs de L1.

Une expérience sportive

Forte d’un long passé de consulting,  elle chausse ses crampons en devenant cofondatrice et directrice générale de Galaxy Organisation en 2004. Suite à cela, elle est nommée Déléguée générale de la Fondation du Football tout en assurant le poste de secrétaire générale de Sporsora. Ces fonctions viennent ainsi justifiées son poste de titulaire à la tête de la Ligue.

Jeune et dynamique, elle envisage le pouvoir comme «une main de fer dans un gant de velours» et risque de changer les règles du jeu.  «On a beaucoup d'écoute et d'empathie et on n'est pas dans le jeu de pouvoir, estimait-elle en 2011 dans France Football.

 

Avec tant de pugnacité, Mme. Nathalie Boy de la Tour est prête à dribbler entre l’unicité et la confiance, pour marquer des buts au sein de la Ligue de football professionnel française.