Bernard Laporte plaque Camou et confirme l’essai

Le 3 décembre dernier, après une longue campagne très médiatique lancée en septembre 2015 pour "rendre le pouvoir aux clubs" amateurs, M. Bernard Laporte a été élu Président de la Fédération Française de Rugby (FFR).
La liste qu'il dirigeait a recueilli 52,26% des voix, devant celles de Pierre Camou, Président sortant de la FFR (35,28%), et d'Alain Doucet (12,26%). Un score beaucoup plus élevé qu'attendu pour le ruthénois, plébiscité par les clubs (84,84%), qui va de nouveau occuper un poste de haute-responsabilité du rugby français.

 

Une FFR plus à l'écoute qui remet les clubs au centre du village

Dans son discours faisant suite à son élection, non sans émotion, M. Laporte a réaffirmé sa volonté de mettre en oeuvre les principaux engagements de son programme intitulé "pour faire gagner le Rugby français" : "comme je l'ai promis, (je redonnerais) la parole aux clubs en mettant en place une réforme électorale, c'est-à-dire le vote décentralisé afin que les clubs soit rapidement et facilement consultés sur les questions importantes", a-t-il notamment insisté.

Parmi ses priorités figurent la remise en cause du projet du "Grand Stade" à Ris-Orangis et des matches joués le dimanche (pourtant décidé par une autre structure, la Ligue Nationale de Rugby, présidée par Paul Goze), l'aide aux clubs en terme de formation, "chantier numéro un" de son mandat, ainsi que la préparation de l'organisation de la Coupe du Monde 2023 pour "qu'elle soit un succès".

S'agissant de la sélection nationale, il prône notamment la mise en place de contrats fédéraux pour les équipes masculines et féminines, et booster la notoriété du rugby à sept ("Seven").

M. Laporte aura également à cœur de redorer l'image d'une Fédération accusée d'avoir "oublié les clubs" et ne "répondant plus au téléphone", dont l'image a été encore récemment écornée par les révélations d'une enquête menée par Mediapart sur un système de double billetterie : "ma victoire est la victoire de la démocratie, la fin d'un système féodal" a assuré Bernard Laporte, qui déplorait que la Fédération qu'il va dorénavant diriger "était presque (devenue) une mafia"

Une figure incontournable de l'Ovalie : de Bernie le Dingue à M. le Président

Bernard Laporte a découvert le rugby avec son club formateur de l'UA Gaillac, dans lequel il occupait le poste de demi de mêlée - un poste requérant vitesse, intelligence de jeu, charisme, gouaille et un zeste de roublardise. Au cours de sa carrière, il a notamment remporté le championnat de France en 1991 avec le club de Bordeaux-Bègles, avant de devenir entraîneur–joueur au Stade Bordelais entre 1993 et 1995. 

Il connaît ses premiers frissons d'entraîneur et succès avec le Stade Français (1995-1999) : après une remontée de la troisième à la première division, il permit au club de remporter le championnat de France en 1998, de briller en coupe d'Europe (demi-finaliste de la compétition en 1998) puis de gagner la Coupe de France en 1999.

Fort de cette expérience réussie et après la Coupe de Monde qui a eu lieu la même année (défaite de la France en finale face à l'Australie), il est nommé sélectionneur du XV de France, poste le plus symbolique et iconique du rugby français. Pendant les huit années de son mandat, celui que l'on surnommait "Bernie le Dingue" en raison de ses légendaires causeries d'avant-match et durant la mi-temps, a mené son équipe à remporter quatre fois le Tournoi des 6 nations (2002, 2004, 2006 et 2007) et réalise le grand chelem en 2002 et 2004. Son management et sa vision du jeu marquera longtemps après son départ le XV bleu.

A la fin de son mandat, Bernard Laporte fait un crochet par le monde de la politique : il a été de 2007 à 2009 le secrétaire d'Etat chargé des sports du gouvernement de François Fillon. 

Le 30 septembre 2011 il revient sur le pré et devient l'entraîner-manageur du Rugby Club Toulonnais (RCT), avec lequel il obtient plusieurs titres et installe le club au muguet sur le toit de l'Europe : le RCT est sacré champion d’Europe trois années de suite (2013, 2014, 2015) et remporte le championnat en 2015, réalisant un doublé historique.