La vie des fédérations en bref

Retrouvez ci-après l'actualité des fédérations professionnelles, regroupant les prises de parole et initiatives diverses au sein de ces organisations.

Un nouveau sillon tracé dans l’agriculture durable : le Réseau Civam.

L’idée a germé chez trois organisations majeures de l’agriculture durable, à savoir la fédération nationale des Civam, l’association de formation et d’information pour le milieu rural, et enfin le réseau d’agriculture durable, de fusionner.

Ils partagent ensemble la volonté de faire pousser et grandir une analyse sur l’agriculture paysanne et durable, une implication dans le maillage territorial et une réflexion sur l’alimentation.

Par ce nouveau réseau, de nombreuses actions se profilent pour les saisons à venir. Une étude est menée pour moderniser les systèmes d’élevages laissés quelque peu « en friche », en les rendant plus autonomes et efficaces. Un programme a été mis en place pour « récolter » de nouvelles formes de solidarité alimentaire.  En outre, un projet est en voie de publication sur l’installation des jeunes agriculteurs. Ces actions vont venir semer une multitude d’idées dans le vaste terreau de l’Agriculture et du milieu rural.

Le loup, bête noire de la Confédération paysanne

La Confédération paysanne a déployé une action d’influence des plus originales pour obtenir des mesures engagées par le ministère de l’Environnement face à la prédation des loups.

En effet, armée de ses brebis, la Confédération a trouvé de nouveaux pâturages au cœur des Tuileries, pour porter ses revendications. La mobilisation a porté ses fruits puisque le ministère a répondu aux appels des bergers par le paiement de mesures de protection contre l’éventreur des prairies, le renforcement de la brigade d’intervention et surtout l’évolution du statut du loup dans les textes législatifs.

Ainsi, en plus des réponses apportées par le Gouvernement, l’Assemblée nationale et le Sénat,  ont pu voir la question du loup rôdé dans l’hémicycle. Du projet de loi sur l’Agriculture à celui de la loi Montagne, le loup a nourrit un débat très riche. La limitation de son espèce a fait une quasi-unanimité chez les députés issus des territoires ruraux et cela au-delà des couleurs politiques.  La brigade de la Confédération paysanne a ainsi pu faire peser ses intérêts face à son ennemi juré.

La nouvelle loi Sapin, un texte surveillé comme le lait sur le feu.

Avec la mise en œuvre de la loi sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, dite Sapin 2, la Fédération nationale des producteurs de lait a évité que le lait déborde de la casserole.  

En effet, elle s’est félicitée d’une traite de la mise en place d’un accord cadre pour les négociations de  contrat. Par ailleurs, outre une obligation de publication de leurs comptes sous peine d’astreinte financière de 2 % du chiffre d’affaires journalier, les laiteries devront mentionner dans les contrats avec les distributeurs une estimation du prix du lait payé aux producteurs. Pour les distributeurs, les promotions pour les produits laitiers seront limitées à 30 % maximum.

Ainsi, la loi Sapin II aura permis aux producteurs laitiers de sortir la « tête du lait » après une longue crise.