économie

Les fédérations professionnelles et le putsch de l'économie du partage

Comme l’affirmait récemment Alexis Normand dans un édito publié dans Les Échos, « les nouveaux acteurs du numérique bouleversent l’ordre établi et les corporatismes ». Dans un contexte mêlant l’omniprésence des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) et la pérennité de la crise, nous assistons depuis plusieurs années à l’émergence d’une nouvelle forme d’entreprises venues de la Silicon Valley, les start-ups de la « sharing economy » (économie du partage ou économie collaborative). Ces nouveaux acteurs de l’économie du partage s’affranchissent des règles des secteurs dans lesquels ils s’établissent. Notamment en ce qui concerne la représentation professionnelle, légitimement assurée jusqu’alors par les fédérations professionnelles. 

Mobilisation générale autour du Projet de loi Macron

Rarement un projet de loi aura autant rassemblé la classe politique que ce texte pour l’activité et la croissance, dit Projet de loi Macron. En effet, depuis les instances dirigeantes du Parti socialiste, jusqu’aux leaders de l’opposition, en passant par les représentants syndicaux, tous se retrouvent autour d’un qualificatif : « fourre-tout ».

Pour une démocratisation des marchés publics

"Les patrons de PME manquent d'intérêt pour les marchés publics." Tel était le constat, en 2013, de Jean-Lou Blachier tout juste nommé au poste de médiateur des marchés publics. Manque d’intérêt ou pessimisme quant aux chances d’être sélectionnés ?  Voici la question qu’il importe de se poser réellement.